Adventure Race Croatia: Rem-ARC-able!

Pas besoin de chercher un jeu de mots pour titrer ce compte rendu, le slogan de la course fait déjà le job! L’ARC 2018, c’est une manche démo du circuit mondial des raids aventures. Ça se déroule sur un format 72h non-stop, en équipe mixte de 4, sans assistance. Lola, Émile, Jean-No et Mathias, ce sont le 4 aventuriers qui pensent à ça depuis février. Un gros challenge car ils sont peu habitués à ce format et ont très peu (voire jamais) couru ensemble!

Avant course

Samedi 15

Le QG est mis en place chez Jino, notre coéquipier Ligéraid. C’est parfait car le programme est chargé! Bricolage des caisses vélo à base de tape/rivet/riselan, répétition générale en kayak (« regardez il faut bien giter comme ça… » et plouf, Jean No et Émile à la flotte!),… Puis viens enfin le moment clé de la journée: la prépa nutrition! Nous dégusterons ce soir une spécialité du coin : la tourte, à savoir une pizza, posée sur une autre pizza! Chacun la sienne, et on fini!! *

*Nous ne garantissons en aucun cas l’efficacité d’une telle diète à long terme.

Dimanche 16

Le départ est donné à 8h, direction la Croatie. La route est aussi longue que la quantité de nourriture que nous éclusons ! Nous croisons Ertips à une station service croate…un signe avant coureur d’une poursuite de l’équipe?! Le GPS nous signale gentiment de suivre l’autoroute sur quelques centaines de kilomètres. Espérons que l’orientation du raid sera pas plus dure que ça!

Vers 21h, nous arrivons à notre QG croate : un airbnb avec grande terrasse et des lits qui grincent. Personne ne se fait prier, et c’est avec une belle nuit de 10h que nous commençons à charger à bloc notre stock de sommeil.

Lundi 17

Aujourd’hui, ça ne rigole plus: prépa des différentes box, et entrainement kayak (on est déjà large dans cette discipline, mais mieux vaut conforter notre avance). On loue 2 kayaks pour naviguer au coucher du soleil dans la baie de Nin. Nous répétons spectaculairement notre transition trail/kayak si bien que le loueur nous filme pour voir le ralenti tellement cette transition est rapide. Enfin, pour continuer notre prépa nutrition, nous filons dare-dare au restaurant, où nous commandons les plus gros plats de viande et de poissons qui existent. Une approche à la calorie prêt, c’est du jamais vu!

Mardi 18

Finalisation des box, pause baignade, briefing, voilà le programme. Igor, le directeur de course,  va droit au but et répond aux 70 questions des quelques 80 coureurs. On nous interdit d’envoyer des petits sms grâce au tracker pendant la course: dommage on aurait bien mis un petit “sans rancune pour la coupe du monde” ou bien “trop facile cette section”. Ah oui, et petit détail, les ours, loups et autres mines antipersonnelles sont bien réels, mais n’ont jamais tué personne donc ça ne commencera pas pendant le raid. Nous voilà rassurés. Une chose est sûre : ils ne plaisantent pas avec les règles et effectuerons des contrôles aléatoires sur le parcours.

team

De g. à d. Mathias, Lola, Émile et Jean-No avant d’apprendre que le parcours est miné

Mercredi 19

C’est le jour J! Nous sommes tous les quatre gonflés de sommeil et de nourriture…enfin sauf Lola puisque cette nuit pour elle, c’était gastro :/ Elle cherche déjà des excuses pour se faire tracter!

À 17h, c’est le lockdown: les cartes sont libérées, Mathias et Jean-No sont au traçage, Lola annote les cartes avec les infos importantes du road book, Émile coordonne un peu tout ça et pose des questions à l’orga. La pizza commandée quelques heures plus tôt est là pour parfaire notre prépa nutrition avant le départ.

Après un court transfert en bus, nous sommes au départ, dans le joli village de Nin. On croise les doigts pour n’avoir rien oublié dans nos box, on ne peut plus reculer maintenant!

LEG1 : Trek de 4 km (25′)

depart

20h! Le départ est donné, et ça part à fond! Après seulement quelques kilomètres, nous récupérons notre matos kayak. Jean No prend les deux sacs, Émile les pagaies, et Mathias prend une panne de frontale pour bien commencer le raid.

LEG2 : Kayak de 30 km + Rappel (5h)

Nous arrivons sur les chapeaux de roues à la transition, et après avoir enfilé nos combis de peintre, nous commençons à pagayer, tout ça (presque) comme à l’entrainement. L’azimut est parfait, nous allons droit sur les points de contrôles et autres raccourcis. La cadence est bonne. Par contre notre dos, lui, est resté au large et nous sommes déjà tous sans nouvelles de nos lombaires. Le pont avec descente en rappel arrive en visu, et en deux temps trois mouvements, Jean No et Émile sont au sommet de celui-ci et admirent la myriade de kayaks restés en contrebas. Ils sont prêts à descendre droit dans les embarcations!

leg2

Nous reprenons la mer, et nous avons un sentiment de solitude et d’immensité. La lune est claire et il y a peu de vent. Quelques chansons nous donnent du cœur à l’ouvrage, et c’est Renaud qui nous fait pagayer jusqu’au CP 3. Bizarrement, nous qui pensions être seuls, nous voyons débarquer des tas d’équipes en même temps. Elles se dispersent très vite après ces points de passage obligés. La fin du kayak se fait sentir, mais elle tarde tout de même. Après avoir essayé de pervertir Mathias en sa qualité d’orienteur pour soulager nos bras,

T’es sûr que c’est pas là la TA? Regarde y a de la lumière et tout!

celui ci nous tient tête, et nous mène à bon port. Au final, on explose notre temps prévisionnel de plus d’une heure et on entame la course à merveille.

42199616_268261830480582_3239418180371742720_o

LEG3 : Trek de 33 km avec 2500 m+ (11h30)

Jeudi vers 01h30 – La transition est cool : de la lumière, une poubelle, des toilettes… Pour le moment ça va! Un check matos de l’orga plus tard, nous voilà partis au petit trot. Pendant une petite demi heure on croit encore que l’on va exploser les 3 km/h annoncés sur le road book.

C’est sans compter le sentier qui nous attend. Mala Paklenica, un canyon à sec, avec des falaises folles de chaque côté, et des mini passages d’escalade pour passer les rochers dans le goulet. Lola se décharge pour conserver le rythme d’ascension. Les slovènes (équipe 4) nous doublent à plusieurs reprises. Nous ne faisons pas les mêmes choix de sentiers, mais allons à la même allure grosso modo.

Un chewing gum à la caféine et un exposé sur les orchestres de cuivre plus tard, nous voilà dans la descente finale avant CP6. Jean No prend les devant, et nous le retrouvons allongé sur la table extérieure du refuge (CP6), en position pharaon, la meilleure pour dormir sur ce genre de terrain 😉 Nous repartons de plus belle pour le big climb: 1000 m+ d’une traite. Le jour se lève doucement. Jean-No et Mat accusent un peu le coup, pendant que Lola et Émile font les pipelettes devant. On fait une pause de 10 minutes dans la montée, Jean-No, Mat et Émile s’endorment. Lola se refroidit et ne valide pas du tout la stratégie. L’équipe Slovène manque de nous marcher dessus: à noter, ne plus dormir à même le sentier 😀

leg3_03

Le raidar pour arriver au CP7

Nous repartons vers les hauteurs et atterrissons sur une crête à la vue folle : on aperçoit les bras de mer parcourus quelques heures plus tôt en kayak, le canyon du début de trek, et au loin toute la chaîne du massif du Velebit. Nous sommes 3 équipes à escalader cette crête ensemble. C’est “rocky”, très aérien, et très beau!

La suite du trek est tout à flanc, ça descend, ça monte, ça re-descend, etc. On peut alors, à un petit rythme, se refaire un peu. “On mange! On boit!” : Lola nous rappelle les fondamentaux pour éviter d’exploser dans les heures qui viennent.

leg3_04.JPG

Enfin la montée au dernier sommet du trek , le Sveto Brdo (1751 m). Jean-No n’est pas au top, Émile casse un bâton (qu’il réparera 100m plus loin finalement), et Lola n’est pas dans son assiette non plus: mais on gère notre effort. On redescend et on prend notre mal en patience sous la chaleur croate pour arriver à l’AT (loooong plateau)!

LEG4 : VTT de 9 km (1h10)

Jeudi vers 13h – On prend nos vélos, et au bout de 20 m de piste…on pousse! Les caillasses n’en on pas fini de nous surprendre! Ce premier vélo se termine par une soit disant “coupe en pointillés sur la carte”, c’est à dire un sentier difficilement praticable, même à pied! On le saura pour le reste du raid.

LEG5 : Trek de 3 km (1h30)

On arrive au pied du Tulove Grede, un imposant pic rocheux, objectif de cette boucle de trek .

C’est très aérien, on met les mains, les pieds, on place le bassin: tient, on fait de l’escalade en fait :p

Au sommet, l’arbitre de course nous dit que le chemin initialement prévu était vraiment trop dangereux (chute de pierres) alors ils ont préféré que l’on fasse un aller retour par le sentier qu’on vient de prendre. C’est vrai que là c’était bien roulant! On redescend sans attendre (petit plat de raviolis entre 2 passages techniques) et on croise nos poursuivants ce qui nous permet de jauger les écarts.

CP11

Photo CP11 – toujours la banane

LEG6 : VTT de 63 km avec 1000 m+ (5h15)

Jean No a repris du poil de la bête, et pendant que Mat oriente dans un demi sommeil, on passe en mode tracteur sur la piste ascendante, à bon train! Ça tracte sec, ça avance dur, ça double les tracteurs du coin (les vrais!). On enchaîne une interminable série de petits coups de cul/micro-descentes sous l’œil orienteur d’Émile qui finit par tomber de fatigue. Jean No puis Mathias reprennent les rennes pour la fin de section, qui se termine sur 10km de route à 29 km/h de moyenne! Émile alterne poinçonnage de poste / micro sieste sur le vélo : cela fait plus de 24h depuis le départ et plus de 36h depuis la dernière vraie nuit.

LEG7 : Trek de 14 km avec 1000 m+ (10h15 dont 1h10 de sommeil)

Jeudi vers 22h – À la transition, un groupe électrogène on ne peut plus bruyant fini de nous convaincre de repartir pour dormir un peu plus loin sur le trek. Mat fait sa toilette, ce qui le met un peu à la bourre, et les autres ont le temps de manger (chaud!) avant que toute l’équipe décolle. On arrive au premier CP du trek sans trop de mal, avec un objectif en tête : dormir 1h ! Hop, tout le monde dans le sac bivy, et c’est parti pour une super nuit!

Une heure plus tard, on est d’attaque pour azimuter dans la forêt sur d’anciens chemins (traces serait plus exact). Lola se réveille tranquillement à l’arrière tandis que les trois gars sont raccord sur l’orientation

Nord-Est c’est ok pour toi?

Mais non moi je suis plein Ouest!

Attendez les gars faudrait pas qu’on monte là?

On retombe finalement sur la piste tant espérée et on attaque la boucle du sentier du petit prince, dans le massif du Mont Crnopac. On croise un ours! En béton heureusement (mais sacrée surprise). Et nous voilà repartis à la vitesse folle de 0,8 km/h dans ce dédale de cheminées, arêtes et grottes calcaires. C’est grandiose, technique mais vraiment inoubliable, une balade onirique!

CP21

Photo CP21: celui là vaut des points!!!

Un petit arrêt dodo express pour Lola, Jean No et Mat dans une cabane que l’on croise. Émile en profite pour remplir l’eau dans une fontaine plus que douteuse… On distingue des frontales au loin, et on est tous d’accord : ils sont bien plus loin sur le raid, sur une autre section même. Manque de pot, on avait tort, c’est bien la suite de la section qui nous mènera (toujours en escalade/randonnée) au sommet du Mont Crnopac. On fini là haut au petit matin en compagnie de l’équipe Polonaise (n°6). On est rincés, mais heureux! Le lever de soleil est un grand moment, on profite…

leg7_05

Lever de soleil sur l’arête qui mène au Mt Crnopac WAHOU

Dans la descente, les hallucinations vont bon train : tandis que Jean No voit des magasins de chaises de jardins, Mat imagine des barbecues, et Émile des caravanes, tout va bien! Il faut remettre du nerf dans tout ça : Lola s’en charge, elle enfile ses écouteurs et met tout le monde au pas de course jusqu’à l’AT suivant :p

transition.png

LEG8 : VTT de 50 km avec 800 m+ (5h)

Vendredi vers 8h15 – Commence alors le vélo le plus roulant du raid. De la route, de la grosse piste, ça bouffe les km en un rien de temps! Jean No et ses étriers flottants roulent à la perfection! Ça fini par une longue descente sur piste où Lola a tout le loisir de s’exercer : sortie de pied dans les virages, de l’usage du frein arrière, etc.

LEG9 : Trek de 13 km avec 300 m+ (3h45)

L’AT suivant donne envie d’y rester : une pelouse fournie à l’ombre d’un monastère… Non non non, on file! Un cornichon offert par l’orga, et ça relance! Il fait une chaleur étouffante. Heureusement, on longe une rivière, on trouve alors l’organisation ultime pour se rafraîchir: Émile porte le sac de Lola, Jean No prend les devant pour imbiber les dossards (« bibs ») de flotte, et les distribue à qui veut bien se rafraîchir, pendant que Mat ne perd pas la carte de l’œil.

leg9_02

Remontée pour sortir du canyon de la rivière Krupa

S’enchaîne alors les passages à gué, une via ferrata au dessus de l’eau (toujours sans corde sinon ça marche pas), les cascades et les ponts antiques. C’est grandiose! Il faut pour finir remonter une arête rocheuse puis redescendre à l’embarquement des kayaks. Quelques équipes sont visibles derrière nous : ça met la pression, et on repart de plus belle! La vue est splendide en cette fin de journée, mais pas vraiment le temps d’admirer: objectif kayak by day!

krupa

LEG10 : Kayak de 5 km (1h15)

Vendredi vers 17h30 – À la transition, Mat part remplir la flotte de l’équipe, et à son retour, ça chill sévère! Jean No se la joue cuisto en tartinant du thon sur des fajitas, Émile est en pleine discussion avec le journaliste d’endorphin’ mag. Il y a du relâchement c’est sûr! Ni une ni deux, on se botte les fesses et on repart! Lola en profite pour s’accorder une petite sieste sur le kayak, enroulée dans son coupe-vent bricolé en live grâce à un sac poubelle.

zrmanja.jpg

Premiers rapides sur Zrmanja

C’est censé être une section d’eau calme, donc sans soucis. Mais voilà que devant, Émile lève sa pagaie au dessus de la tête pour passer un petit rapide. Réveil en sursaut pour Lola, qui avait laissé sa pagaie en travers du kayak. Cette fois c’est passé, mais vigilance, vigilance!

LEG11 : Trek de 1 km (20′)

On débarque pour aller chercher le CP34 à 500m de la rive. La nuit tombe et Lola, frigorifiée, traîne la patte derrière l’équipe.

Vous poinçonnez vite fait et on repart les gars

qu’elle nous dit! C’est sans compter le contrôle photo de l’autre côté de la rive. Et oui, il va falloir nager sous la cascade! Il y a 4 heures on crevait de chaud, on rêvait de se baigner. C’est maintenant chose faite mais c’était pas vraiment notre priorité du moment :p

CP34

Photo CP34 haaglaglaglaaaa

LEG12 : Kayak de 5 km (1h45)

On enchaine pour que les équipes qui suivent ne nous rattrapent pas (trop!). La section eaux-vives va commencer, chouette! Mat se fait engueuler par Lola car il ne pagaie soit disant pas assez fort sur les sections plates: Jino et Émile s’éloignent. Les deux bateaux enchainent les rapides avec panache, et on s’en sort sans même passer à l’eau (on vous disait bien que c’était notre atout majeur). Certains rapides sont de véritables cascade qu’il faut contourner à pied. On envoie valdinguer les kayaks depuis le haut et on essaye de les rattraper comme on peut plus bas…

On arrive à l’AT suivant plus ou moins frais, mais une chose est sûre: on veut faire une grosse transition pour repartir avant l’arrivée de nos poursuivants! Lola est frigorifiée et a sommeil. Mat croit soudain que son dérailleur arrière est tordu : il peste, fulmine, enrage… Émile vient jeter un coup d’œil

Mec tu craques complet, ton dérailleur est nickel !

Ah, effectivement, illusion d’optique huhu ! Finalement on réalise une belle transition et on file sur nos bicyclettes pour un nouveau morceau.

LEG13 : VTT de 43 km avec 900 m+ (8h15 dont 30′ de sommeil et une séance de jardinage)

Vendredi vers 20h30 – On commence donc le VTT avec en tête un arrêt pour dormir un peu. Après le premier CP, on se retrouve sur une énorme route, avec des bas-côtés pleins de caillasses: pas l’idéal pour passer une nuit de rêve (même après 48h de course). Lola s’endort sur son vélo, alors pour la distraire on se fait une partie de quart de singe! Ça ne marche pas du tout et elle sombre quand même… On trouve finalement un coin pour recharger les batteries . On part sur 30′, ça paraît pas mal.

C’était peut être un peu audacieux, car au réveil, tout le monde est dans le gaz, surtout Lola qui accuse sérieusement le coup. On repart avec elle sur le vélo mais son esprit est resté loin en plein rêve! Alors que Mat et Jean No orientent à merveille malgré la nuit et la fatigue, Lola s’enfonce en plein délire :

Vous avez bien vos parapluies les gars?

Whaou mais vous faites tout ça a vélo! 😮

Émile il a 63 gouttières…?!?

Bon ça va pas fort. On vient tout juste de perdre l’orientation d’ailleurs! On jardine autour de CP38 pendant 50 minutes: on refait l’attaque du poste à plusieurs reprise, mais on perd la cohérence carte/terrain à chaque coup. Émile, qui voit bien qu’on fait du surplace, propose de trouver un autre point d’attaque. Jean No en dégote un, ça fait un bon détour (on était à moins de 100m du poste et le détour nous prendra bien 30’…) mais au moins on ne jardinera pas (enfin, on espère 😉 )

Bonne pioche, car on trouve enfin la balise après moults détours et jardinages dans ce décor peu avenant de ruines et de ronces. On continue sur les routes maintenant! Lola reprend peu à peu ses esprits. Dans la descente finale, c’est au tour de Jean No de dormir : il enchaîne les micro sommeils de 2 secondes et se réveille en sursaut comprenant qu’il est lancé à plein vitesse sur son VTT, de nuit. Rebelote toutes les 10 secondes. De devant, ça donne à peu prêt :

Aaaarghhh! Oh putain je dormais……

Aaaarrrrght! Merde je me suis endormis!….

Aaaaaargh! Putain!

Rigolo, mais pas pour lui! C’est donc en descente à mach 12 que l’on rejoint la transition: un bâtiment pas terminé, sur la terrasse duquel il faut envoyer nos vélos à la bénévole en place, pour qu’ils nous attendent au chaud.

LEG14 : Trek de 4 km (2h20)

CP43.jpg

Dernier trek, on tient le bon bout! Ça part dans le lit d’une rivière asséchée, pleine de concrétions, c’est magnifique. Jean No et Mat partent devant à la première balise pour piquer un petit roupillon. Lola et Émile les rejoignent dans la foulée. Émile est à peu près frais, il prend donc l’orientation en main. Les autres suivent avec un œil ouvert. Après une erreur, puis deux, le rythme commence à faiblir. Lola et Mat s’endorment. Émile part de son côté, Jean No aussi. Finalement tout le monde se retrouve à la grotte où le CP est caché, après un court passage d’escalade souterraine!

Le jour a pointé le bout de son nez, et on a perdu une bonne heure en jardinant autour de cette « cave ». Les autres équipes peuvent nous remercier, car elles nous ont vu et filent droit dessus! On repart à fond, Mat se retourne tranquillement une cheville : mais plus vite bon sang!

CP43

Jino: Cheeese! / Émile: Pétard je l’ai eu, je l’ai eu! /  Lola: … [l’infini c’est loin très très loin]  / Mathias: Pétard il est où le zozio?

LEG15 : VTT de 52 km avec 500 m+ (5h30)

Samedi vers 7h15 – On repart en mode course pour enchaîner le dernier vélo. Lola chute d’entrée dans les broussailles, puis on se paume sur le chemin qui mène au second CP de la section. Encore un détour, ce qui permet à 2 équipes de nous dépasser. Va pas falloir chaumer maintenant! En tout cas le soleil se lève et ça nous requinque 🙂 On enchaîne full gaz, l’orientation est au top, on avoine sur les routes, dans les chemins caillouteux, et on reprend les 2 teams!

La suite du parcours n’est pas évident car toutes les routes sont interdites ce qui nous restreints à se balader à travers un réseau de chemins/pistes très important. On est déjà au taquet mais Lola taquine la limite de Mat qui est à la carte en lui lançant des “Allez, plus vite!!” volontairement provocateurs. Lola la compet 😀 ! Jean No prend finalement les rennes de l’orientation, ça bourrine sec sur des pistes bien tape cul malgré quelques hésitations. Émile s’endort sur son vélo, mais ce n’est pas le moment bon sang, c’est presque fini!! Chewing-gum caféiné pour tout le monde, chansons en cœur et ça repart!

Mais ils sont où, mais ils sont où les pooolooonais lalalalaaaa

Pas si loin que ça en fait: on a 2 équipes full race au cul ! On arrive dans Zadar et on s’insère dans le trafic de la ville. Le changement de décor est brutal. Un feu rouge, rageant! Mat déraille, rageant! On arrive finalement à l’AT à Mach 12, et on file direct pour la CO urbaine. Jean No trouve quand même le temps de se faire interviewer par les caméras croates 😀

LEG16 : CO urbaine de 3 km (expédié)

On tombe la CO comme si les 65h précédentes n’avaient pas existé. Les touristes, les restaurants, les caméras, tout ça n’est que du décor, et nous sommes lancés à pleine vitesse dans la ville, avec pour seul objectif : distancer nos poursuivants polonais et slovènes!

LEG17 : Kayak de 11 km (1h45)

Vient alors la dernière section : le kayak qui nous ramène au départ, par la mer! Le vent est avec nous et à levé un léger clapot, mais ça nous est globalement favorable: on boucle la section à toute allure. On vous avait dit que c’était notre point fort les épreuves de pagaie! 😎

On y est, Full Race en un peu moins de 67 h chrono! C’est géant! Et en prime une 6ème place qui nous rempli de joie!!

finish.png

Quelle régalade cet ARC ! Engagement, autonomie, découverte… Unanimement une superbe aventure pour nous! Bravo aux organisateurs et aux bénévoles pour cette 1ère édition, pour leur accueil et leurs sourires jour et nuit. L’an prochain, l’ARC passe au niveau supérieur puisque ce sera une manche ARWS « officielle ». On vous recommande carrément, et qui sait, peut être qu’on sera encore de la partie? :p

cp22.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s